Trilogie Familiale I: Aide-moi, fils

« Ah Fils, tu es là. Bien.

Fils réussi à avaler la moitié de sa bouchée de Cheerios, avant de répondre:

– Mmm… Bon… jour… Papa.

– Bonjour, Fils. Je suis content que tu sois là, je…

– Comment c’était le diner avec Papi hier? Interrompit Fils, après avoir avalé le reste des Cheerios.

– Oui, ok. C’est exactement ce dont je voulais te parler, et…

– Oh, quelque chose s’est mal passé? Demanda Fils.

– Euh… non, non. Rien de plus que d’habitude, je dirais.

– Ok. Tu lui as passé le bonjour de ma part? Je me joindrai à vous la prochaine fois, après mes examens.

– Oui, oui, pas de problème, Fils. Il sait que tu as tes examens, et il te souhaite bonne chance, au fait. Mais… c’est juste que… je pense… enfin…

– Tout va bien, Papa? Tu sembles un peu confus.

– Ecoute, Fils. J’ai réalisé quelque chose hier et j’y ai pensé toute la nuit.

– Ouais… mmm… tu as une sale tête ce matin, Papa. Fils avait recommencé à avaler d’avantage de Cheerios.

– Oui. Nuit agitée. Et je voulais vraiment te voir dès que possible ce matin.

– Qu’est-ce que ça à voir avec moi? Est-ce que Papi a dit quelque chose à propos de moi?

– Non. Rien en particulier.

– Ben alors?

– C’est juste que, hier soir, j’ai eu la confirmation qu’il est en train de devenir… comment dire ça… Il est vraiment en train de devenir… un vieux con.

– Hein?

– Oui, Fils. Un vrai modèle du genre. Un vieux con de 80 ans.

– Et?

– Je me rends compte que ta mère et toi le saviez déjà, et peut-être que je ne voulais pas le croire. Mais… pour moi… hier c’était comme un coup de poing en plein visage.

– Mmm… ‘u sais Papa… ‘est nor’al ‘our son age, dit Fils, entre des bouchées de Cheerios.

– Oui, oui, peut-être… Mais je ne sais pas exactement comment ou quand ceci est arrivé. Et c’est ce qui m’a fait beaucoup réfléchir. Peut-être que je me disais, au fond de moi, qu’on n’est pas obligé de devenir un vieux con… que peut-être on peut vieillir bien.

– Mmm.

– Et moi aussi je vais devenir un vieux con, Fils, si nous n’essayons pas d’empêcher ça!

– Quoi?

– Il n’y a pas de raison. Pourquoi je ne deviendrais pas un vieux con moi aussi, si on n’agit pas?! Tu comprends, Fils? Mon père est devenu un vieux con. Je deviendrai un vieux con. Et écoute-moi bien, Fils, désolé de te révéler ça, mais tu en deviendras un aussi!

– Tu sembles un peu fou, Papa. As-tu pris ton petit déjeuner?

– Bien sûr, je semble un peu fou, d’accord… Mais ce n’est pas toi qui a du écouter deux heures de charabia hier soir!

– Oui mais on dirait que ça va être mon tour ce matin…

– Deux heures à se plaindre, à regretter le  bon vieux temps. Deux heures de commentaires racistes, et j’en passe! Et je dois l’admettre, Fils… peut-être… que j’ai déjà commencé à faire la même chose…

Fils était sur le point d’ajouter quelque chose mais Papa le coupa net et continua:

– Et c’est là que j’ai besoin de ton aide, Fils!! Papa était clairement en train de crier maintenant.

Fils sursauta sur son siège, ce qui fit tomber sa cuillérée de Cheerios sur ses genoux.

– Merde! Papa! Tu m’as fait peur. Ne crie pas comme ca, si tôt le matin!

– Désolé, Fils, mais c’est important. Peut-être plus important que tes examens même. C’est l’école de la vie dont on est en train de parler là!

– Tiens voilà le charabia qui arrive.

– Moque-toi autant que tu veux, Fils, mais tu devrais être bien content que je suis en train de réaliser tout ça maintenant, quand il est encore temps de faire quelque chose.

– En train de réaliser quoi, Papa?

– N’as-tu écouté un seul mot de ce que je viens de dire? Je. Suis. En. Train. De. Réaliser. Que. Je. Vais. Devenir. Un. Vieux. Con.

– Ok…

– MAIS, Papa recommença à crier, mais nous allons essayer d’empêcher cela… Ok, Fils?

– Oui, Papa. Ce que tu veux.

– Parce que, je pense que la clé c’est d’en être conscient et de demander l’aide de sa famille.

– Tu parles comme un alcoolique, Papa.

Papa ignora le dernier commentaire de Fils et poursuivit:

– Donc, la seule chose que je te demande, Fils, c’est… à partir de maintenant… chaque fois que je commencerai à ressembler à un vieux con… s’il te plaît, dis-le moi. Dis-le moi, ok?! Peut-être que ça ne me fera pas plaisir au début, mais sois certain que je garderai ça dans un coin de ma tête et que j’arriverai à me convaincre que tu as raison. C’est la seule façon.

– Euh… ok, Papa… Je te le dirai.

– Si! Si je commence à raconter n’importe quoi à propos de ce qui se passe dans le monde… ou … ou si je commence à me plaindre de choses stupides comme la luminosité de la pièce ou les ronds-points ou…

– Les ronds-points?

– Oui, Fils, les ronds-points! Ton Papi a passé 20 minutes, hier, à se plaindre des nouveaux ronds-points près de chez lui! 20 minutes bon sang de bon soir!

– Ok, Papa. Je te le dirai. C’est promis. Je le ferai.

– Ou… si je commence à faire des commentaires racistes.

– Oh ça me surprendrait, Papa. Je ne t’ai jamais entendu dire quoique ce soit qui puisse être considéré comme raciste. Ce n’est vraiment pas ton genre.

– Mmm… mouais… peut-être, soupira Papa.

– Papa? Pourquoi sembles-tu en douter? As-tu raconté des choses racistes à d’autres gens?

– Non, non… pas encore…

– Comment ça « pas encore »?!

– Je veux dire… c’est juste que… des fois… je commence à avoir des pensées racistes. Et c’est sûrement le premier pas avant de faire des commentaires racistes.

– Des pensées racistes?! Mais bordel, qu’est-ce que tu racontes? Des « pensées racistes »? Mais contre qui? Ne me dis pas que tu as des pensées racistes contre les noirs, Papa!

– Non, non!

– Les arabes?

– Non.

– Les juifs?

– Non.

– Mais qui alors?!

– Les Chinois.

– Les Chinois?

– Oui, les Chinois.

– Tu connais des Chinois, Papa?

– Non, je ne connais aucun Chinois… C’est juste que… Les actualités, tu sais. Et même si je n’en connais aucun personnellement, j’en vois beaucoup en ville… dans les magasins… en train de posséder tous nos petits commerces… putain de Chinois.

– PAPA!! Mais bordel, qu’est-ce que tu racontes?! Laisse les Chinois tranquilles, ok? Et la première chose à faire, pour ne pas devenir un vieux con, c’est d’arrêter de regarder les actualités à la télé! Ok?

– …

– Ok?!

– Oui, oui, je sais. Je suis désolé. Mais tu vois, c’est exactement ce que je disais. J’ai besoin de ton aide.

– Je vais t’aider, Papa. Je t’ai dis que je le ferai. Je ne veux pas entendre un seul autre commentaire raciste sur les Chinois, donc sois certain que je t’aiderai.

– Merci, Fils.

– De rien, Papa.

– Une dernière chose.

– Oui, Papa.

– On peut prendre des vidéos avec ton téléphone à la con?

– Oui, Papa, soupira Fils. Pourquoi?

– Prenons une vidéo. Toi et moi en train de dire qu’on fera de notre mieux pour m’empêcher de devenir un vieux con.

– Papa…

– Je suis sérieux, Fils. Comme ça, tu pourras me montrer la vidéo, chaque fois que je dépasse les bornes, ok?

– Ok, Papa, viens-là.

– Merci, Fils. Merci beaucoup.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Histoires courtes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s