Tomates

Sur le chemin du retour, il se mit à réfléchir à la façon dont il allait manger ses tomates pour le diner. Cette éternelle question ressurgissait régulièrement dans sa tête. C’est un de ces choix qui sont difficiles à prendre mais plaisant à faire car il se conclut par la dégustation des tomates en question. Il convient cependant de mûrement réfléchir car une fois la tomate coupée, il est trop tard pour revenir en arrière. Il commença alors à visionner une belle tomate bien rouge, disposant toujours de sa petite queue verte, et qui laissait apparaître en son contours de légères formes rebondies la rendant encore plus appétissante. Une fois l’image de la tomate parfaitement nette dans son esprit, peser les pours et les contres de chaque façon de manger cette tomate. La première tomate dévorée par son imagination fut en croque-au-sel ; probablement celle qui regorgeait le plus de souvenirs : les vacances d’été, une tomate cueillie dans le jardin, l’odeur des pieds de tomate et de la terre tout autour de lui. Après avoir retiré la queue verte, couper la tomate en deux et déposer dessus la quantité de grains de sel souhaitée. Il suffit ensuite de porter chaque demie tomate à sa bouche et de la croquer fermement. Les grains de sel, sous l’impulsion du palais s’enfoncent dans la chair de la tomate pour créer un mélange de saveur entre la douceur du jus de la tomate et l’aigreur du sel. Cependant, il avait toujours l’impression d’en avoir moins lorsqu’il mangeait une tomate croque-au-sel. En effet, ces deux morceaux de tomate, déposés dans son assiette, semblaient être voués à disparaître en deux bouchées. Il envisagea alors la solution de la salade de tomates. Mais le problème n’en est qu’à moitié résolu car l’incertitude quant à la manière de couper la tomate persiste. Serait-il préférable de la couper en quartiers ou en rondelles ? Les rondelles se désintégraient plus facilement que les quartiers et avaient tendance à transformer la salade en une espèce de sangria où des vulgaires morceaux de tomate baignaient dans un mélange de vinaigrette et de jus de fruit. Il considéra alors avec plus d’entrain la possibilité de la salade en quartiers. Elle comporterait l’avantage de conserver toute la fermeté de la tomate, tout en pouvant s’imprégner du goût relevé de la vinaigrette. Car dans ce choix de manger la tomate en salade, la vinaigrette représentait un élément aussi important que la tomate.  La vinaigrette se devait d’être composée de moutarde, dont on pouvait parfois retrouver sa couleur jaune sur les morceaux de tomate, de vinaigre balsamique avec son goût unique à la fois relevé et sucré, et d’huile d’olive qui lierai le tout et lui rappellerait pourquoi la tomate est synonyme pour lui de vacances au soleil.

L’heure du choix était proche. Il fallait faire preuve de volonté pour éviter la dernière embûche. L’erreur classique consistait en effet à manger une demie tomate en croque-au-sel tandis que l’autre moitié serait dégustée en salade. Cela ne représentait jamais une bonne solution parce qu’au final, on était toujours déçu : on n’avait jamais assez de celle qu’on désirait le plus et toujours trop de celle dont on ne voulait pas vraiment. Il le savait très bien et ne plongerait pas dans le piège cette fois-ci.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Histoires courtes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s